A l'heure où les débats vont reprendre pour savoir ce que l'on entend sur "deux heures de trajet par jour" lorsqu'on parle d'une offre valable d'emploi, il n'est pas inutile de jeter un zeuil sur l'enquête réalisé par Kelly Service sur la mobilité.

Selon une enquête internationale, presque trois quarts des salariés français se disent prêts à envisager un déménagement dans une autre ville pour trouver un emploi, et la moitié disposée à partir à l’étranger.

L’enquête réalisée par Kelly Services, société internationale de recrutement, dévoile également que certains acceptent de passer beaucoup de temps dans les transports pour se rendre sur leur lieu de travail, 14% accepteraient des temps de trajet d’au moins 2 heures par jour.

L'enquête précise cette question de la durée des transports pour se rendre à son travail : le temps de trajet pour aller travailler constitue une préoccupation importante pourles salariés et la majorité (57%) n’est pas encline à passer plus de 45 minutes par trajet dans les transports. Pourtant 29% accepteraient de passer 45 à 60 minutes et 14% une heure ou pluspar trajet. Les femmes sont moins disposées que les hommes à accepter de passer du temps dans les transports.

Les deux heures gouvernementales sont donc loin d'être acceptés dans les faits, du moins dans les souhaits. Je me demande d'ailleurs d'où sort ce chiffre. Pourquoi pas une heure trente ? Mais c'est un autre débat. Bref, les français sont déjà dans les faits prêts à bouger pour leur travail sans les dernières considérations ministérielles.

Télécharger l'étude complète Pdf