obsdurecrutement

lundi 9 avril 2007

Vu Lu Entendu petiteanglaise.com gagne un an de salaire aux prudhommes

Les lecteurs du Guardian ont appris la bonne nouvelle pour l'égérie du blog : les prud'hommes ont condamné son employeur, Dixon Wilson, à lui verser 44000 euros.

Je ne faisais pas partie des fans de ce type de ce type de discours , je le suis encore moins aujourd'hui. J'espère que tout le monde est ainsi content : l'intéressée qui se voit verser ses indemnités et l'employeur qui n'a plus à supporter la présence de la salariée.

Tout au final à un prix.


samedi 18 novembre 2006

Todo de ce blog De la responsabilité du bloggeur

Autant dire que j'ai plus de questions que de réponses sur le sujet.

Je ne vais pas aborder la notion de responsabilité juridique des propos on-line. Déjà traité avec brio ailleurs qu'ici. Non, mes interrogations sont d'un autre niveau. Ethique devrais-je dire.

La puissance du Web 2.0, la notion d'"influenceurs", c'est bien beau mais cela m'inquiète. Du moins cela me fait me poser des questions.

Clairement, je me demande si l'on est pas en train de mettre des armes dans les mains de n'importe qui. Et je me mets largement dans le n'importe qui.

Tant que le blog n'est qu'un jeu d'adolescent sur les dernières sorties du week-end, le mal n'est pas grand. Mais quand le système du blog permet à n'importe qui ou presque de rivaliser en terme de référencement avec des acteurs majeurs, grands journaux, media, sociétés juridiquement responsables, je trouve les conséquences inquiétantes.

Une chose plait ou déplait à Monsieur le bloggeur, et cette chose se retrouve en tête d'indexation des principaux moteurs de recherche. Je le dis clairement, ça m'inquiète. Je ne vais prendre qu'un seul exemple, ma récente passe d'armes avec Laurent Dureau.

Quel crime a commis ce monsieur ? ne pas me plaire. Résultat des courses : quand on tape son nom chez Google et se décide à choisir la case " j'ai de la chance", le voici chez moi. Soyons franc, j'en ai rigolé trente secondes. Mais c'est une réaction pour le moins enfantine. Et encore, mon blog n'est qu'une sous-merde, un nain. Qu'est ce que cela deviendra si un jour il atteint les objectifs que je lui assigne ?

Est-ce qu'on doit tous être sous la menace de plaire ou déplaire à Monsieur le gourou auto-proclamé ? A quel titre leur simple commentaire peut il devancer ou accompagner le travail d'une marque, d'une personne, d'un groupe d'individus ? Tant que c'est pour donner du bravo, ton travail est magnifique, tout ira bien. Est-ce là l'intérêt ?

Je ne rentre pas dans les considérations techniques du référencement. En effet, tout s'explique. Mais le référencement ne devient-il pas une sorte de fascisme ? la brutalité des liens les plus forts. Quand un blog arrivera à obtenir une audience significative, est-il sain que cette opinion devienne l'alpha et l'omega ? Où est la liberté d'expression la dedans ?

Le blog un outil qui fait la pluie et le beau temps au gré des humeurs - ou des intérêts - de son auteur ?

On va me dire que c'est la phase de responsabilité qui commence. Je me suis alors demandé si le droit à la critique doit encore exister, si le frein mental ne deviendrait pas au fil du temps de plus en plus serré. J'ai le sentiment d'être sur une corde très étroite. Comment l'organiser cette critique qui est ma marque de fabrique ? comment ne pas perdre le mordant tout en gardant la justice, l'équité ?

Comme je le disais, j'ai plus de questions que de réponses. Mais je pense de plus en plus qu'un blog est une arme.


jeudi 24 août 2006

Vu Lu Entendu Actuchomage Yves mis en examen

Pas bien ce soir.

La nouvelle est tombée officiellement par un communiqué cet après midi : le Juge d’instruction de Saint-Nazaire a mis en examen Yves Barraud – Président de l’association APNÉE qui édite Actuchomage, Inter-Emploi et Rénovation-démocratique – pour les faits qualifiés de «provocation publique à la commission de délits», suite à l’affaire Radiateur qui avait défrayé la chronique en janvier 2006.

Lire le communiqué sur le site d'Actuchomage

C'est bien sûr Yves qui doit faire face à cette affaire, c'est lui plus que personne qui a connu cette tension extrême qu'est toujours une convocation dans le bureau d'un juge d'instruction. Mais ce qui arrive à Yves peut arriver demain à chacun d'entre nous. Personne ne peut prétendre avoir une meilleure vigilance que lui sur des sites qui ne sont pas, faut il le rappeller, des sites professionnels et auxquels on répond par une sévérité quasiment jamais vue ailleurs.

La seule chose que je voulais dire ce soir c'est que modestement Yves, on va t'accompagner dans cette triste aventure dont on aurait bien fait l'économie.

D'abord bien pouvoir assurer ta défense, pouvoir faire face financièrement à tous ces tracas. Moralement, tu vas voir venir ces milliers de soutiens. C'est peu de chose, ça n'efface pas la solitude dans un bureau de magistrat, mais c'est quand même là aussi car je pense aussi qu'on pourrait mettre une personne seule définitivement à terre avec ces pratiques.

Calme, mobilisation et confiance en soi. Avec ça, on va loin.


mercredi 16 août 2006

Vu Lu Entendu Jean-Marie Albouy-Guidicelli : la rubrique Anpe n'est plus en ligne

On pouvait le pressentir quand son auteur parlait en commentaire qu'il tiendrait compte de nos remarques à l'avenir : les articles de la rubrique ANPE ont été supprimés sur le blog en question.

C'est pour moi une très sage décision. Il nous arrive à tous d'écrire des choses et de les supprimer selon la tournure des évènements. Il nous arrive encore plus souvent de renoncer à écrire des choses, c'est dans ce cas bien plus difficile que de céder à la pulsion de " tout dire" pour des lecteurs en mal de détails "croustillants" sur n'importe quel sujet et qui confondent liberté d'opinion, information et voyeurisme malsain.

Je ne regrette qu'une toute petite chose : que ce retrait n'ait pas été annoncé directement sur le blog de l'intéressé, car encore une fois il n'y a aucune honte à cela et nous manquera les motivation de ce geste. J'espère simplement que ce retrait c'est fait justement pour maintenir les deux éléments clefs de ma réaction : la neutralité d'un agent du service public et l'absolue confidentialité des données recueillies dans le cadre de cette profession. Bref, que la raison en revienne plus à la gêne susceptible de mettre en position délicate un demandeur d'emploi - ne serait-ce qu'une personne - qu'à nos invectives réciproques.

Je ne suis pas dupe pour autant : je suis prêt à parier que quelque part refleurira un blog anonyme, ne permettant pas de faire le moindre lien avec son auteur où les histoires seront changées, modifiées et qui nous démontrera combien de méchants chômeurs abusent du système. Tôt ou tard, anonyme ou pas, ce blog reviendra à la surface. Et que son auteur éventuel se pense anonyme ne le dédouanera pas de ses responsabiltés. Je prends date.

Pour l'heure, je suis satisfait de cette disparition réalisée surtout sans qu'il n'ait eu besoin de la demander.


mardi 15 août 2006

Vu Lu Entendu Jean-Marie Albouy-Guidicelli : un blog de conseiller Anpe + élu UMP = service public aux abonnés absents

En règle générale, je me tiens à l'écart des blogs politiques, tout au moins en commentaires. Que l'on soit fan de Ségolène, de Jean-Marie, de Nicolas ou d'Arlette, je n'attends rien d'un débat possible avec des militants. Je fais pourtant une exception avec le blog de Jean-Marie Albouy-Guidicelli, UMP et maire-adjoint de son état, mais surtout conseiller emploi à l'ANPE. Et c'est là que le bât blesse avec la dernière rubrique ANPE de ce triste sire.

Lire la suite




Google
 
Web Sur mon Obs
La lettre de motivation Mon blogroll emploi